Encore un salon de trop ?

Publié le par KBENJAMIN

Encore un salon de trop ?

Le Salon du Livre pour Enfants et Adolescents se tiendra du 16 au 19 décembre 2015 à la Bibliothèque Nationale au Plateau, à côté du Musée des Civilisations. Même s’il a le mérite d’exister, cela ne manque pas de susciter quelques appréhensions, des interrogations au vu de certains constats. A mesure que l’on se rapproche de cet évènement. Quelle est la communication mise en place pour le rendre visible et en faire une réussite ? Des médias internationaux à l’instar de TV5 seront-ils présents pour « internationaliser » la manifestation ? Il y a un cas qui fait école : celui de la Guinée, lors de son Salon du Livre en avril dernier où les auteurs ont été mis en avant par le truchement de ces médias. Nos autorités ont cette propension à donner dans un certains amateurisme criard là où le professionnalisme doit donner de la voix et faire la différence. Il faut bien que cela s’accompagne de mesures concrètes pour faire de cet événement une réussite à tous les niveaux. Aux décideurs, les regards sont tournés vers vous.
Combien de visiteurs attendus ? Qu’est-ce qui a été mis en place pour leur venue effective ?
Combien d’écoles ont-elles été contactées pour prendre part à cette manifestation ?
Une page Facebook aurait pu être créée ne serait-ce que pour donner toutes les informations utiles afférant à cette manifestation. C’est loin d’être le cas au moment où j’écris ces lignes. A moins de quatre jours dudit événement.
De Bingerville à Abidjan, en passant par la Riviera 2 et 3, Cocody, aucun panneau routier ne signale cette manifestation. Alors qu’un événement ne peut être couronné de succès sans une communication efficiente et une publicité tous azimuts.
A Bingerville où j’enseigne, rien ne laisse présager la tenue d’une telle manifestation. Pas d’affiches, ni de dépliants, ni de prospectus, annonçant cet important évènement. A cette allure, peut-on gager du succès de ce rendez-vous livresque ? Loin de moi tout pessimisme ! Mais ces interrogations sont somme toute légitimes. La réussite, je l’appelle de tous mes vœux. Sauf que cela ne tombera pas tout cuit du ciel. La réussite se bâtit à l’aune de l’effort, du travail, de l’anticipation...
Encore un salon de trop ?

Commenter cet article