Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dédicace à la Librairie de France(Plateau)

Publié le par KBENJAMIN

Dédicace à la Librairie de France(Plateau)

C'était le Vendredi 28 Mars 2014 de 08H à 16H. L'affluence relative m'a permis de faire avancer quelques projets sur lesquels je travaille d'arrache-pied. Notamment celui de l'adaptation d'une oeuvre théâtrale d'un dramaturge ivoirien. Un texte très bien écrit, d'une fraîcheur et d'une saveur exquise, empli d'un brin d'humour très cocasse qui ne laisse personne indifférent. Un vrai délice! Une oeuvre intemporelle qui n'a pris aucune ride, malgré le poids des ans.

Un projet d'album qui comprendra deux tomes d'une quarantaine de planches chacun.

Dédicace à la Librairie de France(Plateau)
Dédicace à la Librairie de France(Plateau)
Dédicace à la Librairie de France(Plateau)

Partager cet article

Repost 0

Mes albums personnels

Publié le par KBENJAMIN

Deux de mes albums personnels: John Koutoukou, l'éveilleur des consciences anesthésiées par les mauvaises habitudes et les mauvais comportements paru aux éditions Céda en 1999 et Les envahisseurs édité dans la collection Harmattan BD à Paris en janvier 2013.

Mes thèmes de prédilection sont les faits de société: l'immigration clandestine et sauvage, la pauvreté, l'injustice, le parasitisme, la sorcellerie, le racket(policier), la sauvegarde de l'environnement...

Les albums se présentent généralement en noir blanc. Sauf "Le sida tue, et alors?". Une grande première dans mon parcours d'auteur de BD. Et aussi par la volonté de mon éditeur.

Mes albums personnels
Mes albums personnels
Mes albums personnels
Mes albums personnels

Partager cet article

Repost 0

MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)

Publié le par KBENJAMIN

MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)

Quant aux auteurs publiés à l’étranger, à quel saint pouvaient-ils se vouer ? Que pouvaient-ils dédicacer et sur quel stand? Ils n’avaient pas (tous) leur maison d’édition sur place. Qui était le responsable chargé de coordonner l’activité des écrivains ? Dans l’échange que j’ai eu avec le Directeur du Livre et de la Francophonie, 10 jours avant le Masa, il était question qu’un certain M. Oblé prenne attache avec moi. Car, selon les dires de M. N’koumo, il était chargé de contacter les écrivains. Loin d’être dans le secret des dieux. Cela a-t-il été possible ? Si oui, a-t-il eu les coudées franches pour mener à bien sa mission ? Ou y aurait-il eu un boycott de la part des écrivains ? Pourrait-on aussi s’interroger. Au vu de leur faible participation à cette manifestation. Cela m’étonnerait fort. Car j’ai aperçu le président de l’AECI dans le pavillon réservé à l’univers du livre le Mardi 04 Mars 2014. Que viendrait-il faire en ce lieu s’il y avait eu effectivement un boycott ? Et pour quelles raisons ? Puisque cette lucarne ouverte à l’univers du livre était à l’avantage des acteurs de la chaîne du livre. Les écrivains y compris. L’on s’accorde pour reconnaître qu’il y a eu des difficultés dans la mise en œuvre de cette coordination. Pour revenir à l’interlocuteur en question, il ne m’a pas contacté. J’ai dû prendre le train du Masa en marche. Le Mardi 04 Mars 2014. Pour être plus précis. Car j’avais besoin d’une lettre officielle afin de solliciter une autorisation en bonne et due forme pour prendre part à ce marché des arts et du spectacle africain. Tout est finalement rentré dans l’ordre. Grâce au Directeur du Livre et de la Francophonie.

Au vu de ce qui précède, cela pourrait expliquer la déconvenue constatée au carré des écrivains lors de ce Masa. Il n’est point question ici de jeter la pierre dans le jardin de qui que ce soit. Loin de là ! Il serait plutôt intéressant de tirer les conséquences de toutes ces faiblesses et rebondir au mieux la prochaine fois. Car la persévérance dans ce genre de manquement pourrait s’avérer suicidaire à la longue pour l’environnement du livre.

2016 n’est pas loin. C’est maintenant !

Pour ma part, au-delà de ces quelques ratées, j’ai pu nouer des contacts intéressants pour la suite. Car il faut savoir profiter de chaque opportunité que la vie vous offre. Si mince soit-elle et peu importent les circonstances! Un tremplin. Pour avancer. Avancer. Poser des pas de géant dans l’avenir. Atteindre les sommets. Car les enjeux sont énormes. Et les retombées à court, moyen et long terme positives, intéressantes. Il ne faut négliger les petits commencements.

Ce huitième Masa aura marqué un pas décisif pour son retour sur la scène internationale. Après de longues années plongé dans un état comateux.

Merci au Ministre de la Culture et de la Francophonie d’avoir fait cette ouverture au livre et aux écrivains. Car c’était une grande première lors de cette huitième édition du Masa. Une étincelle d’espoir qu’il faut saluer à sa juste valeur. Car ce sont les petits rêves d’aujourd’hui qui deviennent les grandes réalités de demain.

Merci à tous les acteurs de cette chaîne culturelle qui ont cru en ce come-back et ont su conjuguer leurs efforts, avec les maigres moyens mis à leur disposition, pour offrir un peu de rêve au public et permettre des ouvertures aux artistes. Vivement le Masa 2016 ! Si le principe de la biennale est maintenu. Il faudra tenir compte des remarques, critiques et suggestions qui lui donneront plus d’éclat et de rayonnement en vue d’une émergence culturelle de l’art pluriel made in Côte d’Ivoire.

MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)
MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)
MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)
MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)
MON BILAN DU MASA RELATIF À L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(2)

Partager cet article

Repost 0

MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)

Publié le par KBENJAMIN

MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)

Les lampions se sont éteints sur la huitième édition du Marché des Arts et du Spectacle Africain(MASA) qui s’est tenue du 1er au 08 mars 2014. Au Palais de la Culture de Treichville. Une manifestation qui a tenu toutes ses promesses. Après une interruption de quelques années. Mais tout n’a pas fonctionné comme il le fallait.

Pour le moins qu’on puisse dire, il y avait une particularité à cette huitième édition du Masa : l’environnement du livre. Une place a été accordée au livre. Un pavillon qui abritait les stands des libraires, des éditeurs, de la presse audio visuelle et bien d’autres structures. Notamment celle du Ministère de la Culture et de la Francophonie, celle de l’OIF (Office Internationale de la Francophonie).

L’organisation n’était pas huilée à ce niveau. Il n’y avait "personne" vers qui se tourner quand des réglages à faire se présentait. Le pavillon était quasiment « invisible » aux yeux du public. Aucune pancarte indicative à son accès, ni même à son contenu. Du coup, le visiteur conditionné depuis l’entrée du palais se dirigeait tout droit vers le lieu des différents spectacles, de restauration et de divertissement. Au retour, il reprenait le même trajet pour repartir chez lui. Sans passer par le pavillon réservé au livre. L’on a noté un manque d’affluence criard. Sauf au cours de la journée du Mercredi 05 Mars 2014 où l’on a connu une grande affluence. Avec l’arrivée des élèves. Car c’était leur journée.

Ah! Les toilettes ! Parlons-en. Lieux d’intimité par excellence. Mais ceux du Masa ne l’étaient pas. Pour ce qu’il m’a été donné de voir. Et il fallait parcourir un milles pour aller se soulager. Pour l’intimité, repassez demain. Heureusement que j'ai salué ce lieu d'aisance de très loin. Pourquoi ne pas avoir fait construire des toilettes dans les environs du pavillon dédié au livre et à celui de l’artisanat pour les exposants de ces deux sites ?

Tous les exposants n’ont pas eu accès au badge. Les tickets de restaurant non plus. Quand certains l’avaient pour contenter leur bedaine qui criait famine, d’autres exposants n’avaient pas ce précieux sésame. Ils étaient obligés de négocier le prix de leur ration alimentaire ou aller manger dehors. A quelques encablures du lieu de la manifestation. Qui était commis à la gestion de ce volet alimentaire ? Bien malin qui pourra y répondre.

Concernant les écrivains, ce n’était pas la grande affluence. Le carré des écrivains ne l’était que de nom. Déficit de communication ? Possible. L’espace exiguë pour la circonstance n’a pas permis aux (rares) écrivains visibles à ce marché de faire des signatures. Quand certains écrivains trouvaient difficilement une place dans un coin de table où étaient exposés les livres pour dédicacer, d’autres étaient là, debout, comme des mendiants, attendant un éventuel visiteur-acheteur pour se faire le "plaisir" de signer le livre acheté. La tâche était rude, ardue pour ces auteurs venus parce que le devoir avait sonné à leur porte. Je m’attendais à voir un espace dédié exclusivement aux auteurs pour leurs dédicaces. Ce ne fut pas le cas. Malheureusement. On ne s’y sentait pas véritablement à l’aise. Comme si ce lieu "étrange" était étranger aux auteurs de tous poils. Nul part où s’asseoir. Pour deviser. Echanger. Comme si l’on était en terrain hostile. Sans boussole. Sans repère.

A contrario, j’étais logé à une bonne enseigne. Sur le stand des éditions Eburnie, c’était un one-man show quotidien. Jusqu’au jour de la clôture. J’ai mis à profit ce temps de maigre affluence pour faire avancer mes projets. La confraternité a prévalu à un certain degré dans cette grisaille livresque. J’ai reçu la visite de deux écrivains que je remercie encore au passage : Yahn Aka et Irié Benjamin Irié.

MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)
MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)
MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)MON BILAN DU MASA RELATIF A L’ENVIRONNEMENT DU LIVRE(1)

Partager cet article

Repost 0

Projet BD pour Egoscopic: encrage

Publié le par KBENJAMIN

Projet BD pour Egoscopic: encrage

Les cinq planches prévues pour ce projet de bande dessinée sont prêtes pour la colorisation.

Partager cet article

Repost 0

Projet BD pour Egoscopic

Publié le par KBENJAMIN

Projet BD pour Egoscopic

Encore un autre crayonné: planche 3
Pour information, la mise au net(encrage) des cinq planches avance à pas de géant. Ce n'est pas fait pour me déplaire. Bien au contraire!Affaire à suivre donc!

Partager cet article

Repost 0

"Je lève les yeux" de Constance Aman

Publié le par KBENJAMIN

.

Partager cet article

Repost 0

Projet de BD pour Egoscopic: crayonné définitif de la planche 5

Publié le par KBENJAMIN

Projet de BD pour Egoscopic: crayonné définitif de la planche 5

C'est l'histoire d'un auteur de bande dessinée qui connaît quelques déboires relatifs à la profession. Un récit de 5 planches taillé sur mesure pour Egoscopic, un magazine de BD qui parait deux fois par an. Et c'est le numéro 5 qui va héberger les 5 planches en question. Cela donnera lieu, dans un futur proche, à un album de bande dessinée. Affaire à suivre donc!
Un genre autobiographique dont voici le crayonné définitif de la cinquième planche. Avant la mise au net(encrage).

Partager cet article

Repost 0

John Koutoukou: Graissage de pattes

Publié le par KBENJAMIN

John Koutoukou: Graissage de pattes

Une histoire à gag en une planche réalisée en couleur directe dénonçant la corruption, l'injustice qui gangrènent nos sociétés. La société africaine en particulier.

Avec comme personnage principal John Koutoukou, l'éveilleur des consciences anesthésiées par les mauvais comportements et les mauvaises habitudes.

Une série que vous retrouverez sur facebook.

Publié dans Auteur de bd, Publications

Partager cet article

Repost 0

Affiche: la femme porte l'Afrique

Publié le par KBENJAMIN

Affiche: la femme porte l'Afrique

C’est l’affiche d’un film cinématographique intitulé « La femme porte l’Afrique » élaborée pour un cinéaste ivoirien. Le hic, c'est le fait d’avoir été payé en monnaie de singe. Une somme bien dérisoire pour le gros travail abattu: esquisses, crayonnés, encrage, recherche de couleurs, etc. Je me remémore ces instants avec un brin d'humour pince-sans-rire. Mais il y a bien longtemps. Et si c'était à refaire, la donne serait très différente aujourd’hui. Heureusement!

L’affiche originale a été réalisée au format A3 en couleur directe. Des couleurs qui tranchent sur celles qui se présentent ici. Des recherches au préalable ont été nécessaires avant sa finalisation.

Dur, dur, le métier! Mais, ô combien exaltant!

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>